Archives de catégorie : Actualités

Formation Maître composteur 2018… en images !

Une formation bien vivante, avec intervenants et stagiaires passionnés, des visites de terrain sur des sites en fonctionnement, des rencontres avec les référents de sites, agents de collectivités, personnel d’établissements…  et les travaux pratiques au jardin et à l’hôpital d’Ambert ! Sans oublier les moments conviviaux riches d’échanges au gîte de la Tronchère où se trouvent salle de formation, hébergement, restauration .

Merci  à Eric WISNIEWSKI de l’association “Compost’13” pour les photos !

A bientôt pour les formations  2019 (printemps et automne)!

« 1 de 2 »

Formation guide composteur & maître composteur 2014

Nous sommes en cours de programmation des formations guide composteur et maître composteur 2014. f° MC oct 2013 031
Cette année 2014, l’ADEME va contractualiser avec les organismes de formation qui s’engageront à suivre le nouveau référentiel “acteurs-formations : gestion de proximité des biodéchets”.
Notre organisme a fait partie de ceux qui ont soutenu ce projet depuis  2011 et qui voit enfin le jour, parce que nous savons que ces nouvelles modalités vont permettre une plus grande qualité des formations proposées ainsi qu’une vraie reconnaissance de ces nouvelles fonctions. Par conséquent, nous nous engageons bien naturellement dans ce nouveau dispositif.

De fait, des modifications notables sont à retenir :

Comment devenir Guide composteur ?
En suivant 3 modules de formation obligatoires et au moins 1 module de formation optionnel. Durée de la formation : entre 2.5 et 5.5 jours selon les modules de spécialisation choisis.

Comment devenir Maître composteur ?
En ayant suivi tous les modules d’une formation guide composteur + les modules de la formation maître composteur.  Durée de la formation : 12.5 jours.

Peux-ton intégrer directement la formation MC sans être GC ?
Oui, c’est possible, à condition de justifier d’une expérience personnelle ou professionnelle significative dans les domaines concernés. Pour cela, il est demandé de remplir le dossier de vérification des acquis (à nous demander). L’organisme de formation validera tout ou partie des allègements demandés.

Enfin, nous vous invitons à consulter ce référentiel :http://optigede.ademe.fr/gestion-proximite-dechets-organiques

Vous souhaitez suivre ces formations ?
Demandez-nous un dossier d’inscription  : p.feltz@orange.fr   ; 09 64 34 30 40

Un réseau de guides composteurs bénévoles

Le Syndicat du Bois de l’Aumône (SBA) met en place un réseau de guides composteurs sur les territoires de Riom Communauté et de Volvic Sources et Volcans.

L’objectif ? Former des bénévoles capables de conseiller les citoyens qui souhaitent réduire l’encombrement des poubelles… et utiliser un produit noble, fertilisant précieux pour les plantes, potager, etc.

La formation est gratuite, en contrepartie de cette mission de transmission des bonnes pratiques … avec ou sans jardin !

Nous aurons en charge d’assurer la formation ainsi que l’animation de ce réseau.

Télécharger ici le formulaire de pré-inscription
renseignement : 09 64 34 30 40 ou 06 49 37 14 63

Tontes de gazon : au compost… et au potager !!

la transformation du gazon en compost en 7 mois !

Bien sûr, ça se composte les tontes de gazon !!
Mais du fait de leur haute teneur en eau et en azote, il est indispensable de les mélanger, dès la mise en tas, avec une matière très riche en carbone et “structurante”, c’est à dire créant dans le tas des poches d’air. Celles-ci sont indispensables à la vie des bactéries et autres organismes décomposeurs.

Pour cela, feuilles mortes, branches broyées, paille, fumier pailleux… J’ai une préférence pour le fumier de cheval qui me permet d’obtenir un beau compost très fibreux et léger en 7 mois, idéal pour confectionner des mottes de semis ou un “terreau” pour godets. Cela remplace avantageusement tous les terreaux du commerce fabriqués à partir de tourbe ou sphaigne et souvent enrichi en engrais de synthèse.

Enfin, n’oublions pas que le gazon peut être utilisé en paillage au potager : épandu même frais en faible épaisseur (1 à 2 cm), il permet de protéger la terre des excès climatiques, d’apporter de l’azote au sol… et surtout de nourrir les lombrics qui par leur travail incessant aèrent et enrichissent le sol.

Mais nous reparlerons du gazon et de sa gestion “écologique” : moins de tondeuse, plus de fleurs et d’insectes…

Expé vaisselle compostable : 2 mois et tout disparaît !

Je vous fais part ici d’une expérimentation réalisée sur le site d’Yronde et Buron, concernant la mise au compost de barquettes alimentaires fabriquées à partir de fibre de canne à sucre.

Étape 1 : les barquettes alimentaires sont mises à tremper dans l’eau pendant 10 jours. Après ce temps, elles se sont ramollies, mais les formes se tiennent bien (ce modèle est résistant à l’eau et à la chaleur, et supporte les micro-ondes).

Étape 2 : je les mets tel quel sans les écraser dans un tas de compost. Le tas a été constitué 13 jours avant (divers matériaux), il est monté en température 24 h après sa constitution. À ce stade la température est redescendue, le tas s’est quelque peu “asséché” (effet du broyat). Le tas est retourné lors de l’incorporation de la vaisselle compostable.

Étape 3 : 2 mois plus tard, le compost est criblé. Il ne reste plus rien des barquettes alimentaires qui ont totalement été compostées.

compost criblé : les barquettes sont intégralement compostées

 

 

 

 

L’expérimentation en détail

28/06/11 Constitution du tas de compost Divers matériaux dont une majorité de broyat vert (sureau, noisetier, actinidia, Laurier cerise) + vieux fumier + herbes hautes tondues + petits branchages secs broyés + arrosage + tas recouvert par du foin.
29/06/11 Montée en température Soit moins de 24 heures après la constitution du tas
01/07/11 Barquettes mises à tremper dans une bassine d’eau Objectif : ramollir les barquettes très résistantes. Assiettes fabriquées à partir de fibre de canne à sucre (résidus de production).
Elles sont résistantes à l’eau et à la chaleur (supportent les micro-ondes). Pour plat chaud et froid.
Conforme à la Norme Européenne EN 13432.Barquette oblongue 18x11x4.3 cm
11/07/11 Intégration des barquettes dans le compost Le compost est très sec (le broyat ayant tendance à “assécher”) ==> retournement du tas + eau +barquettes intégrées entières au sein du tas.
03/09/11 Résultats Criblage du compost : les barquettes ont totalement disparues après 2 mois de compostage.

 

 

 

Expé : vaisselle compostable, que dit la norme ?

Il n’existe pas de normes sur la définition de la biodégradabilité. Toutefois,  il existe des normes pour mesurer la biodégradation et aussi des textes fixant le vocabulaire. 

En ce qui concerne les matériaux solides, la seule norme qui fait référence actuellement est la norme harmonisée européenne 13432 (NF EN 13432 en France) relative à l’une des exigences de la Directive 94/62/CE “emballages et déchets d’emballage” à savoir la valorisation par compostage et biodégradation.

Cette norme ne tient pas compte des déchets d’emballage qui peuvent se trouver dans l’environnement par des moyens incontrôlés (déchets sauvages).

Elle arrête 4 critères d’acceptation :

Composition : la norme établit un taux maximal de solides volatils, de métaux lourds et de fluor acceptables dans le matériau initial.

Biodégradabilité : Le seuil acceptable de biodégradabilité est d’au moins 90% au total, ou 90% de la dégradation maximale d’une substance de référence.

Désintégration : c’est l’aptitude du produit à se fragmenter sous l’effet du compostage. Le seuil de refus est de 10% de la masse initiale au-dessus du tamis de 2 mm.

Qualité du compost final et écotoxicité : elle ne doit pas être modifiée par les matériaux d’emballage ajoutés au compost et ne doit pas être dangereuse pour l’environnement. La norme impose de réaliser des tests écotoxicologiques sur le compost final et exige une performance supérieure à 90% de celle du compost témoin correspondant.

Ces 4 critères doivent être tous remplis pour que le matériau soit déclaré apte au compostage.

Brève description de la Norme NF EN 13432 : c’est ici

Expé : quid de la vaisselle compostable ?

Barquettes en fibres, vaisselle biodégradables, gobelets en cellulose, assiettes en canne à sucre, palmier…
La vaisselle jetable et biodégradable, c’est à la mode. Et souvent présentée comme facilement compostable. Mais qu’en est-il vraiment ?

Depuis juillet 2011, est conduit sur le site démonstratif d’Yronde et Buron des expériences de compostage de ces différentes vaisselles.

Pour l’heure, les cloportes, vers et autres petites bêtes sont à l’œuvre !

A bientôt sur ce blog pour connaître les résultats !