Paillons !

Faire feu de tout bois. Désuète, cette expression de la langue française ! Oubliée des jardiniers ! La planète brûle… gardons le carbone au jardin. Faisons paillage de toute herbe !

Le carbone : entendons toute matière d’origine végétale et animale. Gazon, foin, branches, tailles, feuilles mortes, fanes de légumes et tiges sèches : l’or du jardinier.  Ces matières sont une réserve d’éléments nutritifs (carbone, azote, phosphore…) qui sont libérés dans le sol pour devenir une source énergétique et d’éléments nutritifs aux êtres vivants. Le plus ? Ces matières jouent un rôle dans l’allègement des sols argileux, et de rétention en eau.

Qu’en faire de ces matières ? Si le compost est bien nécessaire, le paillage l’est tout autant, alors… paillons !

Du gazon bien frais ? Hop, en, fine couche (2 cm maximum), partout au potager entre fleurs et légumes.

Des feuilles mortes ? Pareil, toutes en veulent, fraises, cardes, roses et framboises.

Les tailles de haie ?  À étaler sur le sol pour y passer la tondeuse, broyeur efficace pour toutes branches de bois vert de fin diamètre.  Cyprès et thuya ? Pas d’exception, pas d’acidification !

Des précautions ? Paillons lorsque le sol est bien humide, réservons les paillages « durs » comme le broyat de bois aux vivaces, et… renouvelons régulièrement avec des matières différentes. Aujourd’hui du gazon, demain du foin.

Le paillage nourrit le sol qui nourrit la plante, empêche la germination des herbes, facilite le désherbage et évite l’évaporation de l’eau. Les limaces aiment : leurs prédateurs aussi. Un binage vaut deux arrosages ? Peut-être, mais… un paillage en vaut quatre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *