Vive les pucerons !

Vive les pucerons… du début de saison !

Je m’explique. Nous observons en ce moment, jardiniers attentifs, de véritables petits gisements de pucerons noirs ou verts, bien cachés au dos des feuilles ou s’exhibant en colonies.

Les pucerons … ceux que l’on ne veut pas, ceux qui peuvent mettre à mal nos récoltes et nous faire brandir le pulvérisateur de savon noir. Quitte à tout dézinguer.

Pourtant, qu’ils nous sont utiles ceux-là ! D’abord utiles à leurs prédateurs, d’ailleurs, qu’ils soient syrphe, guêpes parasitoïdes, punaises prédatrices ou autres, les planqués du jardin toujours là pour le petit graillou.

Séquence 1 : les pucerons, champions de la colonisation, reproducteurs zélés et véloces sont les premiers à se pointer. Ils piquent et sucent toutes les sèves et sucs, des orties, lierres, sureaux, hampes florales des choux d’hiver… les dites « plantes relais ».

Séquence 2 : les biens nommés auxiliaires, eux, arrivent, se reproduisent à leur tour à proximité des colonies de pucerons et commencent à décimer ces derniers, tout bonnement !

Séquence 3 : la progression des piqueurs est maîtrisée. Ils ne sont pas éradiqués, évidemment, on ne dilapide pas toute sa nourriture ainsi, il faut bien prévoir les lendemains ! Mais eux, les auxiliaires, se sont refait une petite santé et vont essaimer vers de nouveaux territoires… dans un environnement proche, très proche. Pourquoi ? Pour aller en quête d’autres pucerons, pitance facile.

Séquence 4 : le jardinier, la jardinière, patients, regardent tout ce monde bien à ses affaires, ne dégainent pas trop vite et se passent volontiers de l’arme chimique. En retour ? Ils voient débarquer nos populaires coccinelles sur les artichauts ou les fèves, et assistent à la curée, inévitable.

Nulle perfection au jardin toutefois, pas plus qu’ailleurs : il restera toujours quelques malins pucerons ayant su échapper aux prédateurs affamés. 
Mais tant qu’ils seront contenus ainsi par nos aides-jardiniers, veilleurs consciencieux, nous pouvons vaquer aux autres plaisirs du jardin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *