Archives de catégorie : Jardin et biodiversité

Nous accompagnons les collectivités dans leurs démarches de sensibilisation des citoyens au jardinage au naturel :

formation des agents
mise en place de programmes de sensibilisation (évènementiels…)
conférences

Des tomates sans arrosage et sans taille…

… c’est possible… et ça donne !!

Il fait sec, très sec à Yronde et Buron cet été 2018. Les orages de fin août ont contourné le jardin… Les végétaux ont la vie dure, mais les tomates, elles, donnent, donnent. La recette ?!

1 / planter fin mai les pieds de tomates dans un sol riche en matière organique : l’imposant paillage de l’année dernière a été broyé en même temps que les pieds de tomates. Même pas peur du mildiou !

2/ ah, j’allais oublier : un bon engrais vert (de la moutarde) semé à la sortie de l’hiver et lui aussi broyé sur place ! Ça grouille de vers là-dedans !

3/ pas même un arrosage à la plantation ! faut dire que le sol est bien meuble, humide à souhait

4 /  autour de chaque pied, une cage à tomate : c’est un cylindre de 70 cm de diamètre, en grillage à mouton

5/ un bon gros paillage avec du vieux foin  du coin

5/ c’est tout ! pas de taille (aucun gourmand enlevé, tous les fruits laissés), zéro arrosage depuis (on est le 13 septembre), 1/2 heure de désherbage…

et quand même, vous dire : je sélectionne depuis 15 ans, année après année mes semences de tomates,  qui se sont adaptées à ce mode de culture.

Quelques photos pour en savoir plus ?

Mais aussi : participez à la formation Jardinage au Naturel du 8 au 13 octobre 2018,  c’est là :  Formation Jardinage au naturel, communiquer et transmettre les pratiques

et ici, le programme détaillé

 

Formation jardinage au naturel pour les vendeurs en jardinerie

Dans le cadre de la charte des jardineries “Jardiner en préservant sa santé et l’environnement”, la FREDON Auvergne propose des journées de formation aux vendeurs des magasins signataires, sur le thème du jardinage au naturel.
Focus sur la formation  « Lutter contre les ravageurs au jardin : techniques préventives, place des auxiliaires « .

Quelques photos de cette formation tout d’abord !

L’objectif de cette formation (format 1 journée) est de :

– Reconnaître quelques espèces principales de ravageurs problématiques sur les plantes potagères et fruitières
– Connaître la biologie de ces espèces
– Connaître les principes d’un jardinage au naturel cherchant à favoriser la présence des auxiliaires
– Reconnaître et connaître les principaux auxiliaires et leur rôle au jardin
– Connaître les moyens de lutte naturels contre les ravageurs
– Conseiller les clients sur les méthodes préventives et moyens de luttes naturels.

Pour cela, nous avons alterné des phases d’observation de terrain et de mise en pratique (au jardin d’Yronde et Buron) avec des temps plus théoriques en salle… et une mise en contexte professionnelle de conseil auprès des clients !

Engrais verts : c’est maintenant !

Les engrais verts, ces plantes qui travaillent pour le jardinier !

30mai2014 053
La phacélie est en fleur !

Les engrais verts sont des plantes qui occupent un espace libre au potager, avant ou après une culture.

Ces plantes que l’on ne consomme pas vont considérablement nous aider dans notre travail de jardinier.

– Elles poussent vite et couvrent le sol : en cela, elles empêchent la levée des herbes indésirables.
En quelques sortent, elles nous aident à désherber…

– Par leurs racines, elles ameublissent le sol à notre place. Ainsi, elles vont l’aérer, le drainer et favoriser la vie des vers et autres petites bêtes du sol. Le travail du sol par le jardinier s’en trouvera fortement limité (fini les bêchages ou retournement profonds !).

jardin automne 119
Un mélange efficace dans ma terre argilo-calcaire : phacélie + féverolle

– Grâce à la « masse végétale » produite (partie aérienne et racines) qui va être laissée à la terre, ces plantes vont nourrir le sol en lui apportant tous les nutriments nécessaires à la croissance des légumes ou fleurs

De nombreux engrais verts produisent des fleurs (moutarde, phacélie, sarrasin)… qui seront appréciées par les insectes pollinisateurs, indispensables à l’équilibre de notre jardin.

Enfin, les engrais verts protègent le sol en limitant l’érosion, le tassement, la formation de croûte de battance, et le lessivage des éléments minéraux.

 

Quand les semer ?

Dès qu’une planche de culture se libère en fin de saison (août- septembre- octobre), ou au tout début du printemps (mars – avril), en attendant d‘implanter les cultures tardives (tomates, courgettes, poireaux d’hiver, etc.)

 

Gélifs ou non gélifs ?

On distingue 2 types d’engrais verts :

jardin mai 2011 007
une moutarde bien développée… et ça ne monte pas au nez !

– ceux qui vont geler lors des grands froids hivernaux : moutarde, phacélie, sarrasin, fenugrec…
C’est le froid qui les détruit, le jardinier n’a rien à faire ! Mais on ne peut pas les semer après fin septembre (trop faible développement avant le gel).

– ceux qui résistent aux froids hivernaux : céréales, féverole, vesce. On peut les semer tard à l’automne et même en début d’hiver, ils produisent beaucoup d’humus… mais il faut les détruire au printemps.

 

Comment les détruire ?

Pour les engrais verts non gélifs ou semés au tout début du printemps : un coup de faux, de cisailles ou de houe pour les détruire… ou un arrachage pour les céréales. Puis travailler le sol superficiellement. Prévoir au moins 3 semaines entre la destruction de l’engrais vert et les semis ou plantation.

Pour les engrais verts gélifs : laisser le froid agir, la plante va sécher et produire un véritable paillage qu’il faudra ratisser avant de travailler superficiellement le sol (croc, griffe) et implanter la culture de printemps.

 

Attention : ne jamais enfouir à plus de 3 cm en engrais vert non décomposé !

 

Les différents engrais verts 

Famille Espèces Période de semis Remarques

 

 

Légumineuses

Apportent beaucoup d’azote

 

 

Féverole

 

Toute l’année

 

Ne craint pas le gel

 

 

Vesce

 

Septembre-octobre

 

Sols pas trop acides

 

 

Céréales

Apportent beaucoup de matière organique (carbone)

 

 

Seigle

 

Automne – hiver

 

Préfère les sols acides

 

 

Blé

 

 

Automne- hiver

 

 

Avoine

 

Automne-Hiver

 

Sols pas trop acides

 

 

Autres

Très mellifères avec de belles fleurs qui attirent les auxiliaires

 

 

Sarrasin

 

Mai à juillet

 

Sols acides, résiste à la sécheresse, craint le gel

 

 

Moutarde

 

 

Mars à septembre

 

Craint le gel, tout type de sol

 

 

Phacélie

 

Mars à septembre

 

Craint le gel, tout type de sol

 

Toutes les tailles restent au jardin !

Tailles de Buis - mois de mars
Tailles d'hélianthi, de rose trémière et de rosier.

Mars. C’est le mois de la taille. Rosier, Églantier, Buis, Rose trémière (qu’on aura pris soin de ne pas tailler pendant l’hiver afin offrir aux Chardonneret ces centaines de graines gourmandes en haut des tiges sèches)…

Qu’en faire ? Restituer toute cette matière organique  à la terre, bien sûr !! En coupant ces tiges en tronçon de 10-15 cm, on obtient un excellent paillage pour les arbres fruitiers. Année après année, on ajoute des matériaux à ce paillis qui se dégrade peu à peu, et nourrit la terre, et protège des herbes, et protège le sol… On peut même à l’automne le retirer
à l’aide d’un croc, épandre un peu de compost à  même le sol, et recouvrir de nouveau avec le paillis !

Un petit truc  : pour un effet esthétique, ne pailler un arbre qu’avec un même type de paillage, en formant un cercle au pied de l’arbre de 1 à 2 m de diamètre !